Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel. Journée d'études du 14 mai 2004

Sous la direction scientifique de Philippe Contamine, Jean Kerhervé et Albert Rigaudière

Alors que s’achève le beau XIIIe siècle si porteur de croissance, de
paix et de bonne monnaie, les années 1300 marquent l’ère d’un temps
nouveau. Celui des réalités qui se muent en mythes, celui de la croissance
qui se transforme en crise, celui du vassal qui devient sujet.
Elles sont aussi celles de l’aménagement du socle à partir duquel
s’édifie lentement un État royal que Philippe le Bel sut toujours habilement
utiliser comme levier de sa politique. Un État qui se construit
autour de schémas intellectuels et de modèles institutionnels. Un
État qui utilise la monnaie comme un authentique instrument de
pouvoir, sans ne jamais cependant parvenir à défi nir un outillage
conceptuel qui aurait permis d’en maîtriser effi cacement les évolutions.
Un État qui, plus que d’autres, à la même époque, joue des
mutations monétaires lorsque les rentrées fi scales ne suffi sent plus.
Un État qui peine à faire basculer l’ensemble de la fiscalité dans le
camp de la souveraineté en dépit du poids de la guerre, d’une inventivité
constante et d’une incontes table avancée dans l’agencement
des mécanismes financiers.

Onze spécialistes éclairent de leur savoir cette importante mutation
monétaire, fiscale et financière de la France de Philippe le Bel
pour laquelle ils souhaitent aussi ouvrir la voie à des interrogations
nouvelle

Sous la direction de Philippe Contamine, Jean Kerhervé et d'Albert Rigaudière.


Collectif

Éditeur : IGPDE
Collection : Moyen Âge
ISBN : 978-2-11-095382-7
EAN13 : 9782110953827
Date de parution : 09/2007
Essais - 324 pages - Universitaire
Etat : Disponible
Thème :
Économie > Histoire économique

Prix éditeur : 25 €

""